jouet


jouet

jouet [ ʒwɛ ] n. m.
• 1523; de jouer
1Objet dont les enfants se servent pour jouer. jeu, joujou. Jouets éducatifs, mécaniques, électroniques, scientifiques. Coffre à jouets. Le père Noël apporte des jouets dans sa hotte. Marchand de jouets. Rayon des jouets d'un grand magasin. Prêt de jouets ( ludothèque) . Industrie du jouet.
2Personne, chose qui semble livrée, abandonnée irrésistiblement à une volonté, une force extérieure. Elle fait de lui ce qu'elle veut, elle en a fait son jouet. Être le jouet du destin, du hasard; d'une illusion, d'une mystification. « La chose publique paraît le jouet des événements » (Valéry).

jouet nom masculin (de jouer) Objet conçu pour amuser un enfant. Chaînette que l'on suspend au mors, pour inciter le cheval à décontracter ses mâchoires. ● jouet (expressions) nom masculin (de jouer) Être le jouet de quelqu'un, de quelque chose, être victime de quelqu'un, d'une volonté supérieure, de l'action d'éléments, etc. : Être le jouet d'une hallucination.jouet (homonymes) nom masculin (de jouer) jouée nom féminin jouer verbejouet (synonymes) nom masculin (de jouer) Objet conçu pour amuser un enfant.
Synonymes :
- jeu
- joujou (familier)
Être le jouet de quelqu'un, de quelque chose
Synonymes :

jouet
n. m.
d1./d Objet avec lequel un enfant joue; objet fabriqué à cet usage. Jouet en peluche.
d2./d Fig. Personne dont on se joue, dont on se moque. Il n'a été qu'un jouet entre les mains de cet intrigant.
d3./d Fig. Personne, chose, livrée à une force extérieure aveugle; personne victime d'une tromperie, d'une illusion. être le jouet des événements.

⇒JOUET, subst. masc.
A. — Objet que les enfants utilisent pour jouer. Une nourrice montre un jouet à un enfant qui tend les mains, dans sa petite voiture (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 206). Un nouveau jouet de mécanique, un renard au milieu de poules, contre lequel un coq battait des ailes (BOURGES, Crépus. dieux, 1884, p. 63). Je restais devant elle comme un enfant devant un jouet qu'il a brisé pour en découvrir le mystère (GIDE, Isabelle, 1911, p. 672) :
1. Et maintenant tu vas comprendre pourquoi grand-père avait un tel amour pour moi et pourquoi quand je lui ai demandé un bateau comme jouet il m'a acheté un vrai bateau pour mon anniversaire. C'est que grand-père m'a toujours traité en homme.
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 218.
SYNT. Jouet éducatif; jouet humble, somptueux; jouet gonflable, incassable, miniature; jouet de bois; jouet en celluloïd, en peluche, en plastique, en métal.
P. anal.
[En parlant d'une chose concr.] C'est le roi de la ligne Trieste-Bombay [un paquebot italien] (...) les maharajahs aiment ce jouet nouveau qui les met à dix jours de l'Europe (MORAND, Route Indes, 1936, p. 181).
♦ [En parlant d'une chose abstr.] :
2. Albert Sorel a traité d'« Auguste comédie » les gestes et les paroles des rois en face de la Révolution (...) L'émigration fut un jouet entre leurs mains et ils s'en servirent pour exciter la France révolutionnaire, préférant que ce fût d'elle que la guerre vînt.
BAINVILLE, Hist. fr., t. 1, 1924, p. 58.
B. — P. anal.
1. [En parlant d'une pers.]
a) [Personne qu'on traite avec légèreté ou qui est l'objet de moqueries] Elle (...) se demanda même si les libéralités de M. Zaraguirre n'avaient pas été une manœuvre (...) « Il m'a toujours traitée en enfant, en jouet, en poupée animée, dit-elle (...) » (L. DE VILMORIN, Belles am., 1954, p. 106) :
3. Il avait une peur maladive des jupons qui lui faisait baisser les yeux dès qu'une cliente le regardait en souriant, et cette timidité bien connue, le rendait le jouet de tous les espiègles du pays.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Rosier Mme Husson, 1887, p. 688.
b) [Personne dominée par une volonté extérieure, humaine ou divine] Être le jouet des caprices d'un maître (Ac. 1835-1935). Guillaume, dernier duc d'Aquitaine, servit de jouet à saint Bernard qui, la sainte hostie à la main, le magnétisa au milieu de la messe (STENDHAL, Mém. touriste, t. 3, 1838, p. 107). Je ne suis qu'un jouet entre les mains de Dieu (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1135) :
4. ... ce jeune homme épileptique et sans virilité, jouet de son entourage et bientôt victime de ses frères, « ce pauvre Louis XVI chypriote » (...) n'avait aucune des qualités d'un chef.
GROUSSET, Croisades, 1939, p. 377.
c) [Personne dominée par une force intérieure, un sentiment] L'homme, jouet de sa vanité, de ses espérances, de ses passions; être le jouet d'un rêve, d'une illusion, d'une hallucination. Mme de Kergaz fut saisie d'une épouvante voisine du délire, et elle se demanda si elle n'était point le jouet d'un cauchemar (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 360). Léopold (...) semblait le jouet de son inspiration. Puis au retour de ces élancements dans les régions qui s'étendent par delà les limites de notre esprit, il parlait du ton le plus plat (BARRÈS, Colline insp., 1913, p. 164) :
5. Étais-je encore le jouet de mon imagination, en ramassant sur le chemin un morceau de papier à lettre qui me parut ressembler singulièrement à celui dont M. Robert Darzac se servait à la Sorbonne?
G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 68.
d) [Personne dominée par une force extérieure, réelle ou illusoire] Être le jouet du destin, du hasard, du sort, de la fortune, des événements. La femme qui engendre ne connaît (...) pas l'orgueil de la création; elle se sent le jouet passif de forces obscures (BEAUVOIR, Deux. sexe, t. 1, 1949, p. 110) :
6. Je reprochais à la psychanalyse de supprimer la liberté de l'individu en faisant le jouet des circonstances et surtout de l'hérédité, mais j'ai compris soudain que les circonstances et en particulier celles créées par l'hérédité sont comme le champ clos choisi par Dieu et où s'exerce notre liberté dans une mesure connue de lui seul.
GREEN, Journal, 1948, p. 158.
2. [En parlant d'une chose concr. livrée à l'action d'une force naturelle] Un nuage de pleurs voile ses yeux charmants; Ses noirs cheveux épars sont le jouet des vents (BAOUR-LORMIAN, Ossian, 1827, p. 34). Pendant huit jours, le Britannia fut le jouet des ouragans (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 76).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Mil. XIIIe s. [ms.] « objet avec lequel jouent les enfants » (Vie de St Clément pape, éd. P. Meyer ds Notices et Extr. des mss de la BN, t. 38, p. 317, 244 : E dunat as enfançunez Jüez asez et beaubelez); 2. 1600 « personne victime d'une volonté qui la domine, d'un pouvoir qui l'opprime » (D'AUBIGNÉ, Confession cathol. du Sieur de Sancy ds Œuvres, éd. E. Réaume et F. de Caussade, t. 2, p. 339 : condamnez à estre le jouet des Grands). Dér. du rad. de jouer; suff. -et. Fréq. abs. littér. : 807. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 101, b) 1 032; XXe s. : a) 1 187, b) 1 225. Bbg. HASSELROT 1957, p. 171; 20e s. 1972, p. 11.

jouet [ʒwɛ] n. m.
ÉTYM. 1523; juet, mil. XIIIe; de jouer.
1 (XIIIe). Objet dont les enfants se servent pour jouer. Jeu, joujou. || Jouets en bois, en caoutchouc, en matière plastique, en peluche. || Jouets éducatifs, mécaniques, électroniques, scientifiques (→ Gyroscope, cit. 2). || Jouets pour fillettes, pour garçons. || Jouets anciens. Baigneur, bilboquet, bimbelot, canonnière, cerceau, 2. cerf-volant, cheval (de bois, mécanique), clifoire, crécelle, diabolo, écoufle, flûteau, 2. fronde, hochet, jaquemart, pantin, passe-boule, sarbacane. || Jouets actuels. Animal (animaux en caoutchouc, etc.), auto, avion, modèle (réduit), panoplie, poupée, soldat (de plomb), toupie, trottinette (vieilli), yo-yo.REM. Il est impossible d'épuiser les noms des principaux jouets, ceux-ci étant pour la plupart des réductions et imitations d'objets de la culture (véhicules, armes, personnages, instruments, machines…), chacun avec sa valeur symbolique. || Musée du jouet. || Commerce, marchand de jouets. || Rayon des jouets. || Industrie du jouet. || Casser ses jouets (→ Incurieux, cit. 1).
0.1 Les murs ne se voyaient pas, tellement ils étaient revêtus de joujoux (…) Il y avait là un monde de jouets de toute espèce, depuis les plus chers jusqu'aux plus modestes, depuis les plus simples jusqu'aux plus compliqués. « Voici, dit-elle, le trésor des enfants (…) Choisissez. »
Cette aventure est cause que je ne puis m'arrêter devant un magasin de jouets et promener mes yeux dans l'inextricable fouillis de leurs formes bizarres et de leurs couleurs disparates, sans penser à la dame habillée de velours et de fourrure, qui m'apparaît comme la Fée du Joujou.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, Morale du joujou.
1 Elle regardait autour d'elle, agitée d'un plaisir de petite fille qui trouve et manie un jouet nouveau (…)
Maupassant, Notre cœur, II, II.
2 La maison (…) toute en panneaux de papier, et se démonte, quand on veut, comme un jouet d'enfant.
Loti, Mme Chrysanthème, VI.
3 Même un laid petit joujou le fait crier d'enthousiasme. Et pourtant, il a sa part (…) Ça ne fait rien; il s'arrête, dans la rue, le nez juste à la hauteur de ces tristes vitrines où quatre jouets de fer-blanc peinturluré sommeillent sous une poussière centenaire.
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, II, II.
(1893). Par anal. || Bouchon qui sert de jouet à un jeune chat.
2 a (1580, Montaigne). || Le jouet de qqn. Personne dont on se moque, dont on se joue. || Infirme qui est le jouet de gamins cruels. — ☑ Loc. Servir de jouet à tous ( Plastron, tête [de Turc]).
4 Après avoir été, par un malheur inouï, séparée de ce grenadier de la garde, nommé Fleuriot, elle a été traînée, pendant deux ans, à la suite de l'armée, le jouet d'un tas de misérables.
Balzac, Adieu, Pl., t. IX, p. 779.
b (Le jouet de qqch.). Personne qui est victime (d'une illusion, d'une tromperie). || Être le jouet d'une illusion (cit. 15; → Erreur, cit. 38), d'une hallucination (cit. 10), d'un mirage, d'une mystification (→ Illusion, cit. 8).
5 (…) la pauvre femme aurait pu se persuader qu'elle avait été le jouet d'un cauchemar, si le désir de se préparer une tasse de thé ne l'avait conduite dans la cuisine (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 43.
c (Av. 1600, d'Aubigné). Personne, chose qui semble livrée, abandonnée à une volonté, une force extérieure. Esclave; automate. || Elle fait de lui ce qu'elle veut, elle en a fait son jouet. Asservir.(Le jouet de…). || L'homme, jouet du sort (→ Équanimité, cit. 3).Être le jouet des vents (→ Aiglon, cit.), de vents contraires (cit. 7). || Le bateau est le jouet du flux (cit. 6) et du reflux.L'homme, jouet des passions (→ Fil, cit. 16), de ses folles (→ 1. Fou, cit. 49) espérances.
6 Ce n'est plus le jouet d'une flamme servile (…)
Racine, Andromaque, II, 5.
7 Quel malheur pour un homme si distingué d'être le jouet d'une baladine de dernier ordre ! Il y perdra tout, il s'avilira, il ne sera plus reconnaissable (…)
Balzac, la Fausse maîtresse, Pl., t. II, p. 44.
8 Quand donc les circonstances générales sont assez inquiétantes pour affecter sensiblement les vies privées, que la chose publique paraît le jouet des événements (…)
Valéry, Regards sur le monde actuel, p. 79.
HOM. Formes du v. jouer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • jouet — Jouet. s. m. v. Chose dont on se joüe, dont on se divertit. Beau jouet. joly jouet. petit jouet. jouet d enfant. c est son jouet. cela luy sert de jouet. Il se dit aussi des choses dont les animaux ou mesme les choses inanimées se joüent. Le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Jouet — Jouet, Jouët Nom fréquent en Bretagne (56, 22), dans le Maine et Loire et dans le Loir et Cher. C est un toponyme assez fréquent, nom d une commune du Cher (Jouet sur l Aubois) et de nombreux hameaux. Sens incertain …   Noms de famille

  • Jouët — Jouet, Jouët Nom fréquent en Bretagne (56, 22), dans le Maine et Loire et dans le Loir et Cher. C est un toponyme assez fréquent, nom d une commune du Cher (Jouet sur l Aubois) et de nombreux hameaux. Sens incertain …   Noms de famille

  • jouet — (jou è ; le t ne se lie pas ; au pluriel l s se lie : des jou è z élégants ; jouets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m. 1°   Ce qu on donne aux enfants pour les amuser, et avec quoi ils jouent. Cet enfant a brisé ses jouets.    Par… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Jouet — Un ours en peluche Un jouet est un objet dont la fonction principale est de permettre le jeu. Les jouets sont généralement associés avec les enfants ou les animaux domestiques, mais il n est pas inhabituel pour les adultes et pour certains… …   Wikipédia en Français

  • JOUET — s. m. Il se dit Des bagatelles qu on donne aux enfants pour les amuser, et avec lesquelles ils jouent. Jouet d enfant. Le hochet est le jouet ordinaire des petits enfants. Cela lui sert de jouet. Acheter des jouets.   Il se dit, par extension,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • JOUET — n. m. Il se dit des Objets qui servent à amuser les enfants. Le hochet est le jouet ordinaire des petits enfants. Par analogie, Le jouet d’un chat, d’un jeune chien. Tout sert de jouet aux jeunes animaux. JOUET désigne aussi, figurément, Celui,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • jouet — ● n. m. ►SOC Dans notre contexte, jouet technologique, voir technotoy. Si vous avez tout compris, vous savez déjà que ce dictionnaire est aussi un technojoujou pour son auteur principal …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • Jouet — Jou|et [ʒu̯ɛ] das; s <aus gleichbed. fr. jouet zu jouer »scherzen, spielen« zu gleichbed. lat. iocari> (veraltet) Spielzeug …   Das große Fremdwörterbuch

  • jouet — nm., joujou : jou è (Albanais 001b), jouè (001a, Villards Thônes) ; enf., joujou (001), bibi (Chambéry, Genève). E. : Boisson, Jeu. A) différents jouets : Bille, Canonnière, Clifoire, Fronde, Toupie. A1) espèce de yo yo horizontal fait avec une… …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.